Histoire


 

Paroisse catholique

SAINTE BRIGITTE ET

BIENHEUREUX HEMMING

·

Turku 🇫🇮 Finlande

·

 · Histoire de la paroisse ·

 


AVANT LA FONDATION DE LA PAROISSE

·
À la suite de la Réforme, les liens de l’Église de Finlande avec le catholicisme ont été coupés à partir de 1517, et le catholicisme a été interdit dans le pays pendant deux cents ans. “Quiconque se tourne vers la doctrine du pape, sera interdit de séjour ou de résidence à l’intérieur des frontières suédoises…”, décréta le parlement d’Örebro en 1617.
·
Cependant, pour les quelques marins, marchands et artisans catholiques qui vivaient à Turku au XVIIIe siècle, l’établissement d’une paroisse à Turku était d’une importance primordiale. La première mission pastorale catholique connue à Turku a été la visite de Paolo Moretti, le provicaire de Stockholm, à la fin de l’été 1796. La Finlande était sous domination suédoise. Après la guerre entre la Russie et la Suède, une armée russe fut déployée à Turku, comprenant des soldats catholiques. Dans la mesure du possible, les prêtres catholiques de Viipuri se rendaient à Turku à partir de février 1811.
·
Au départ, Turku faisait partie de la paroisse Saint-Henri à Helsinki. En 1890, 64 catholiques vivaient dans la zone de garnison russe de Turku. Le prêtre militaire polonais célébra des messes dans l’église de Betel à Turku. Le sermon était en polonais ou en russe. Les soldats catholiques avaient leur propre cimetière près du cimetière orthodoxe. Plus tard, une partie a été annexée à l’usage de la paroisse catholique. Au début du 20e siècle, quelques familles nées en Italie et en Allemagne sont venues à Turku et avaient besoin d’une pastorale catholique. En plus de cela, la ville abritait des marchands italiens ambulants et des joueurs d’orgues de Barbarie. Le brasseur allemand Maximilian Heining a travaillé à la Brasserie Aura et a contribué au lancement de la messe célébrée à Turku sur une base régulière.
·
Lorsque le vicariat apostolique finlandais fut fondé en 1920, la situation des catholiques de Turku s’améliora. À partir de 1922, Johannes van Gijsel, curé de la paroisse, se rend à Turku environ une fois par mois. Des messes ont été célébrées dans la maison du brasseur Heining. Il y avait généralement une vingtaine de paroissiens présents. Le sermon a été prononcé en suédois ou en allemand. Les confessions aussi se faisaient dans ces langues.

 


PUISTOKATU 1

1 Rue Puistokatu
·
La paroisse eut bien vite besoin d’un batiment à elle. A cet effet, le père Van Gijsel loua un modeste bâtiment en bois près du pont Martinsilta (Puistokatu 1). La maison était en mauvais état, la chapelle était glaciale en hiver et les murs étaient recouverts de papier peint jauni et en lambeaux. Dans cette cabane, un petit groupe de fidèles participait à la même messe qui avait été célébrée jadis au temps catholiques dans la cathédrale de Turku selon le Missale Aboense. La chapelle Puistokatu fut consacrée le 17 juin 1922 et était dédiée à sainte Brigitte. Depuis, une messe mensuelle fut régulièrement célébrée dans la chapelle. “Il y avait généralement une trentaine de personnes présentes, dont un joueur d’orgue de Barbarie, quelques vendeurs de glaces, quelques marchands avec leurs familles, un gérant de bazar et quelques brasseurs allemands.”

 


BIRGERINKATU 14 ET LA NAISSANCE D’UNE PAROISSE INDÉPENDANTE

14 Rue Birgerinkatu
·
Dans la première moitié de 1926, le bâtiment de la chapelle fut acquis et rénové. Le 3 juin, jour de la Fête-Dieu, Van Gijsel y célébra la première messe. Le père Guliemus Cobben fut nommé curé à Turku et y prêcha pour la première fois le 26 septembre 1926. Le père Cobben resta à Turku et commenca à tenir les registres paroissiaux. Jusque-là, les paroissiens étaient membres de la paroisse d’Helsinki. Ainsi, la paroisse de Turku est finalement née.
·
·
A partir de 1931, frère Erik (de la congrégation des pères du Sacré Coeur de Jésus ou Déhoniens) ancien capitaine de vaisseau, travaille comme assistant du curé. Il cuisinait, réparait les vêtements et servait à la messe. Parce que les dépenses alimentaires devaient être réduites au minimum, les repas étaient modestes et la santé du curé déclinait. Le temps de l’abbé Cobben comme curé à Turku a duré près de huit ans. En 1934, Cobben est nommé vicaire apostolique et consacré évêque aux Pays-Bas. Les paroissiens se sont réjouis de la nomination, mais ont été attristés de perdre leur curé bien-aimé.

 


BIRGERINKATU 15

15 Rue Birgerinkatu
·
Le deuxième curé de la paroisse était Laurentius Holzer (né en 1897, décédé en 1978). Arrivé en 1922, il était curé néerlandais et n’était pas affilié à un ordre. Il était considéré comme un économe et un architecte de talent, compétences qui étaient nécessaires dans la paroisse de Turku. L’inauguration a été célébrée le 4 août 1935. Le curé s’est immédiatement rendu aux Pays-Bas pour collecter des fonds et, à son retour, a échangé le terrain sur Birgerinkatu 15. Le prix d’achat était de 395.000 marks, et le prêt bancaire devait être de 350.000 marks avec intérêts et amortissements à payer par loteries, collections et diverses transactions commerciales. La nouvelle chapelle fut achevée rapidement et l’inauguration eut lieu le jour de la Pentecôte, le dernier jour de mai 1936.
·
Par rapport à la précédente, la chapelle de Birgerinkatu 15 était spacieuse et belle. Un autel garni de sculptures en bois était un cadeau de religieuses hollandaises. Pour alléger la dette de la paroisse, le vicaire fait de longs voyages en Europe afin de récolter de l’argent. Alors que la situation politique devenait agitée à l’automne 1939, de nombreux paroissiens s’installèrent en Allemagne ou en Suède, certains même jusqu’en Italie. D’autres encore ont quitté la ville pour la campagne pour se protéger des bombardements.
·
Pendant la guerre d’Hiver, seules les messes du matin étaient célébrées dans la chapelle. Vivre au presbytère était dangereux, car l’abri anti-bombes n’était pas à proximité, et la gare (souvent visée par l’ennemi) était presque à côté. Ainsi, le curé a déménagé à Kristiinankatu, ce qui était un mode de vie un peu plus sûr. Quand il était difficile de réunir des fonds pour faire fonctionner la paroisse pendant la guerre, le vicaire Holzer a essayé de trouver d’autres moyens. Il fabriquait des jouets avec des morceaux de planches qui étaient ensuite vendus dans le magasin de Wilhelm Casagrande. Les produits étaient bien commercialisés, mais les activités de l’entreprise furent interrompues par l’évêque qui souligna qu’une telle activité commerciale ne convenait pas à un prêtre.
·
Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le curé retourna à sa collecte de fonds et se rendit également rendu à Rome. Là, il clarifia son activité commerciale au secrétaire du pape, ce qui a abouti à l’approbation du Vatican. En visite aux Pays-Bas, il reçu 10.000 $ d’aide de l’Ordre du Sacré-Cœur et dépensa la totalité de la somme en bulbes de tulipes. Lorsque les tulipes arrivèrent en Finlande, il les vendit aux enchères à Helsinki pour 50.000 $. Ensuite, Holzer importa du riz et des oranges. Il vendit aussi des friandises à un prix lucratif et put ainsi payer les dettes de construction de la chapelle de Turku. Il faut dire que la Finlande était extrémenet affaiblie économiquement aprés la guerre. Avec l’argent restant, il construit une maison de trois étages pour l’orphelinat et le jardin d’enfants des sœurs à la fin des années 1940. Le curé réalisa lui-même les dessins du nouveau bâtiment, et travailla également à la construction. Le bâtiment était prêt à être utilisé en août 1949.
·
Cinq sœurs de l’Ordre des soeurs du Sacré-Cœur de Jésus s’installèrent dans la maison et beintôt les portes de l’orphelinat s’ouvrirent. Au début, il y avait une trentaine d’enfants à l’orphelinat et jusqu’à 80 élèves au jardin d’enfant. L’apparition des sœurs voilées de noir était un spectacle inhabituel à Turku, et elles furent interviewées dans les journaux. L’orphelinat a cessé de fonctionner dans les années 1950 lorsqu’il devint inutile, mais le jardin d’enfants a fonctionné jusqu’au printemps 1984.
·
Le père Jan Snijders (né en 1912, décédé en 1972) fut curé de 1949 à 1967. Il était également né aux Pays-Bas. Snijders voulait enrichir la vie spirituelle de la paroisse et former une seule famille à partir de son troupeau dispersé. Beaucoup ont estimé que son mandat fut une période de croissance spirituelle. Il cherchait à développer la chorale et s’intéressait également à travailler avec les enfants et les jeunes. Lorsque son énergie déclina, il décida de servir dans le ministère hospitalier en Allemagne.

 


CONSTRUIRE UNE NOUVELLE ÉGLISE

·
En 1966, il y avait 225 membres dans la paroisse et 157 d’entre eux étaient des citoyens finlandais. Le nombre de paroissiens de langue finnoise augmenta lentement. Pendant ce temps, de nombreuses familles d’origine étrangères étaient fennicisées. La dernière messe dans la chapelle en bois Ursininkatu 15 fut célébrée le 6 janvier 1966. Quelques semaines plus tard, le bâtiment fut démoli. Les messes eurent ensuite lieu dans la chapelle de la maison des sœurs jusqu’à l’achèvement de la nouvelle église.
·

Construction de l’entrée principale du couvent
·
Les plans de l’actuelle église Sainte Brigitte et Bienheureux Hemming ont été réalisés par l’architecte A.S. Sandel et le financement du projet ont également été pris en charge par Holzer cette fois-ci. La nouvelle église fut inaugurée le 5 novembre 1966. Les vitraux et autres objets d’art sont l’œuvre du père J. De Visser. Sur le mur derrière l’autel, il y avait initialement un grand crucifix en fer forgé et en acier, et il y avait six chandeliers en cuivre à côté de l’autel. Sur le mur du fond, il y avait des images des patrons de l’église, Sainte Brigitte et Bienheureux Hemming. Les fonts baptismaux étaient situés dans la chapelle latérale.

 

·
Il y a un vitrail représentant le Christ figure centrale de l’univers et de la création côté rue. Le thème principal est l’ancien symbole chrétien d’un panier de poisson et de pain. Le grand poisson, le Christ, dirige ses disciples. La fenêtre sur le côté de la chapelle latérale illustre l’histoire de l’Église catholique en Finlande. Elle représente les saints Eric et Henri arrivant en croisade et l’évêque médiéval assis sur son trône. Le vitrail représente aussi la Vierge Marie avec l’Enfant Jésus à côté de la cathédrale de Turku et les armoiries de Turku.
·
Monseigneur Cobben consécra l’église et la plupart des prêtres, sœurs et frères catholiques travaillant en Finlande étaient présents. L’évêque a béni la salle paroissiale et placé les reliques des saints Brigitte, Laurent, Boniface et Cécile dans la pierre de l’autel. Plus tard aprés la réforme liturgique du Concile Vatican II, Monseigneur Paul Verschuren, entouré de plusieurs prêtres du diocèse consécra le nouvel autel. À cette époque, un groupe de femme appellée Association Térésa était trés actif, avec une vingtaine de membres actifs. Les chaises de la salle paroissiale ont été achetées grâce aux fonds collectés par l’association. Le curé suivant, le père Jan Paus, a commencé son ministère à la paroisse le 23 mars 1967 et a continué pendant quatorze ans. A son initiative, le rassemblement pour le café aprés la messe dominicale a été lancé.
·
Le Père Frans Voss a été curé de Turku de 1981 à 1993. Il a cherché à revitaliser la liturgie, a mis l’accent sur le rôle des lecteurs, des acolytes et du chœur. Il a également organisé des répétitions de chant pour l’apprentissage de nouvelles pièces. Le travail du conseil paroissial s’accrut et devint plus efficace. Un conseil chargée de l’économie fut implenté pour améliorer la situation chroniquement déficitaire de la paroisse.
·
Au printemps 1985, le vicaire Voss et un groupe de paroissiens se rendirent en pèlerinage à Vadstena. L’un des objectifs de la visite était d’encourager les sœurs Brigittines à établir un nouveau couvent à Turku, et en 1986, cela se réalisa.

 

 

 


LES SŒURS BRIGITTINES

·
Quatre cents ans après la fermeture du couvent de Naantali, en 1986, les soeurs brigittines reviennent en Finlande et installent leur couvent à Turku. Elles ont ouvert une maison d’hôtes et des chambres pour étudiants. Une nouvelle salle appelée Birgitta a été érigée dans la cour entre l’église et la maison des sœurs, sur des plans dessinés par l’architecte Benito Casagrande. L’installation du monastère rendit la vie de toute la paroisse plus active.
·
Lors de la célébration du trentième anniversaire de l’arrivée des sœurs à Turku, Leena Casagrande, présidente de l’Association des amis des sœurs Brigittines, a commenté la signification des sœurs dans son discours. De toute évidence, amener les sœurs en Finlande exigea beaucoup de négociations et de préparatifs. Monseigneur Paul Verschuren eu des discussions avec mère Tekla à Rome, mais des préparatifs ont également eu lieu à Turku. Le père Frans en a parlé lors d’une réunion du conseil paroissial. Là, Vittorio Casagrande a suggéré un pèlerinage à Vadstena dans l’espoir d’accélérer le projet. Cela a été considéré comme un moyen de confier notre souhait à Sainte Brigitte elle-même. Ainsi, un groupe de paroissiens pleins d’espoir est allé en pèlerinage en Suède. Entendant parler du voyage organisé par notre paroisse, notre évêque a commenté avec le sourire: “Si c’est fait, le succès doit suivre.”
·
Au cours de ces trente dernières années, nous avons pu expérimenter la gentillesse et l’amitié des sœurs. Il est toujours bon d’être ici avec les sœurs… Si l’on assiste à la messe ici, la vue des sœurs, paisibles dans l’église, est évidente. Pourtant, il est assuré que six jours par semaine, elles travaillent dur du matin au soir. Elles prient plusieurs fois par jour (pour nous tous et pour leurs amis décédés), ce qui peut aussi être considéré comme un travail, mais elles accomplissent de nombreuses autres tâches.
·
La maison d’hôtes nécessite une cuisine, une buanderie et ménage quotidiens. Nous avons dégusté d’innombrables fois de délicieux cafés et repas ici, et la propreté des lieux saute aux yeux. Les sols brillent toujours! Le jardin fleuri de sœur Nunzia là-bas fait le bonheur de tous ceux qui y entrent, et qui non plus ne fleurit pas sans travail. Les nouvelles sœurs sont également occupées à travailler dur à leurs cours de finnois, ce qui demande beaucoup de travail. En plus de tout cela, les sœurs aident également l’église en nettoyant et en veillant à ce que nos prêtres mangent bien et reçoivent une nourriture saine. Les sœurs prêtent également la belle salle Birgitta à la paroisse.

 


TRENTE ANS

·
Trente ans sont riches de célébrations inoubliables, mais encore plus de rencontres importantes, de merveilleux moments qui resteront toujours dans nos cœurs. La visite du pape Jean-Paul II en juin 1989 fut, bien sûr, un grand événement dans la paroisse. Le nombre de membres de la paroisse a continué de croître à mesure que les Vietnamiens et par ex. des familles polonaises ont déménagé dans la région de Turku.
·
Le curé suivant fut  le père Ryszard Mis (SCJ). Son attitude amicale et ses sermons profonds ont reçu un accueil positif des paroissiens. Après que le père Mis ait  pris la direction de son ordre et se soit installé à Rome en 1997, le père Jarosław Nieciąg (SCJ), puis après lui le père Wiesław Swiech (SCJ) se succèdèrent jusqu’en 2002. En 2003, la paroisse le nouveau curé est le père Peter Gębara (SCJ), qui est toujours à Turku. Le père Gębara a déménagé à Turku de Tampere.
·
Il y a aussi eu de nombreux événements estivaux dans la vie de la paroisse au fil des décennies. Le pèlerinage à Köyliö une semaine précédant la fête de la St Jean est un événement annuel. Il y a également eu des visites occasionnelles à l’île de Kökar oú il y a eut au Moyen Age un monastère franciscain. Des messes ont été célébrées dans l’église du château de Turku à l’occasion des Journées médiévales de Turku. A Koroinen, une messe est célébrée plusieurs étés, en plus d’un petit pèlerinage de l’église à Koroinen.
·
Au 21e siècle, la paroisse a continué à accueillir divers groupes, dont certains comprennent un groupe de jeunes. De nouveaux groupes ont également été créés, par ex. le Cercle d’Étude Théologique et le “Club Muksu” pour les petits. Les activités de la paroisse se sont également développées dans la diaspora. Par exemple, il y a de plus en plus de catholiques sur l’île d’Åland, donc une messe régulière de la diaspora s’y est établie. Il y a aussi des messes régulières à Eurajoki, auxquelles assistent un grand nombre de personnes, en particulier des Polonais.
·
Le nombre de nationalités différentes dans la paroisse a augmenté dans les années 1990 et au-delà, et à l’heure actuelle, il y a au moins plus de 60 nationalités différentes, et les paroissiens parlent au moins 30 langues différentes. Les membres de la paroisse Sainte Brigitte et Bienheureux Hemming à Turku appartiennent à une communauté hautement internationale où le catholicisme de l’Église devient tangible, car des personnes de différents pays forment une paroisse et enrichissent sa vie et celle de tout le diocèse de leurs caractéristiques.
·
Des mises à jour et des rénovations ont été effectuées dans le bâtiment de l’église au 21e siècle. Par exemple, les systèmes d’éclairage et de son de la salle paroissiale ont été refaits.
·

Eglise
Chapelle du Sacrement à côté de l’église
·
Au fur et à mesure que la paroisse s’est agrandie, l’espace de l’église est devenu insuffisant. Pendant les grandes messes, il est courant que tous les sièges soient occupés. Ainsi, depuis 2013, la messe dominicale est également proposée à 9h00 en latin, suédois ou finnois, et à 18h00 en anglais en plus de la grand-messe. La paroisse a également des messes en polonais, vietnamien, tagalog, espagnol et araméen.
·
La gestion du cimetière catholique appartient à cette paroisse, et des chantiers bénévoles pour l’entretien du cimetières sont organisées chaque année au printemps et à l’automne. Parfois, le cimetière a également eu son propre gardien, mais ces jours-ci, les paroissiens (notamment les Vietnamiens) ont travaillé avec diligence pour prendre soin du cimetière.

 


·
La section sur les années 1926-1996 est basée sur un article de Kalevi Vuorela, publié dans la revue paroissiale en 1996. A partir de 2000, l’information a été fournie par Jouni Leinonen et Leena Casagrande.
·
Source: Paroisse Magazine 3/2016 Édition Fête

 


PAROISSE EN CHIFFRES STATISTIQUES

·
Adhésion (pers.)
1930  >  81
1940  >  144
1967  >  236
1987  >  438
1996  >  820
2015  >  1912
2021  >  2342
·
Répartition linguistique en 2015  |  2021 (pers.)
Finnois  >  523  |  546
Polonais  >  321  |  537
Vietnamien  >  174  |  172
Espagnol  >  115  |  121
Suédois  >  128  |  116
Araméen  >  103  |  112
Tagalog  >  47  |  58
Arabe  >  30  |  34
Assyrien  >  11  |  10
Autres  >  460  |  636

 


►  MENU PRINCIPAL
►  PAGE D’ACCUEIL

Webmaster
catholicturku (at) outlook.com